A A A i

dimanche 28 octobre 2012dimanche 28 octobre 2012

Liens du 28/10/2012

mark ongle de pouce

La Société, et c’est un fait que je suis le premier à regretter car nous avons le problème dans notre famille, n’est pas faite pour permettre à une personne de concilier vie de famille et vie professionnelle, indépendamment de son sexe, notamment lorsque les deux parents souhaitent conserver une activité professionnelle.

Mais quelle est cette mystérieuse "Société" dont il ou elle parle ?

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

The number of concepts and technologies that a developer must learn before they can write solid HTML code is astonishing.

L'HTML-LS, c'est du code sans code, de la bouillie à chat, pour faire plaisir à Hixie.

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

What does this have to do with unit tests?

/!\ Unit tests != Quality

Absolutely nothing. And that’s my point.

What leads to quality is something much bigger—more than a collection of software engineering techniques or a collection of practices.

When I entered this community I was under the false impression that if you didn’t write software the way I did, you must be doing it wrong.

Instead I discovered a community that cared more about quality than I did, and that I still had a lot to learn about crafting a quality experience.

That’s what this whole things has taught me. It’s not about the practices. It’s about the spirit, intent, and in which they are applied. Used when applicable. Quickly abandoned when not.

Retour aux fondamentaux : la question n'est pas "comment gérer les tests unitaires ?" mais "comment gérer la qualité ?".

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

De manière quasi unanime, deux technologies nous ont coûté beaucoup de temps : Git et Backbone.js.

C'est bien d'être capable de le reconnaître.

(étiquettes : )

blogmarks.net(Weblogging, 2012/10/28 13:16) lien permanent


vendredi 12 octobre 2012vendredi 12 octobre 2012

Pour une giflette

Au début, ce post ne devait être qu'un commentaire à l'article Pour une gifle sur le blog d'edaSFR. Et puis de toute façon, ça n'aurait donné lieu qu'à un ersatz de discussion complètement stérile (comme ici), donc autant faire vivre ce blog. Vous l'aurez compris, mieux vaut lire l'article initial avant de lire celui-ci.


Le juge parle de violence des outrages, d’atteinte inacceptable, et même de termes particulièrement odieux. On parle là des paroles (contestées) du jeune.

Le jugement cite 4 points : la contestation de l'autorité (qui n'est pas ponctuelle), le tutoiement, l'insulte et l'aspect public ; donc on ne parle par que des paroles du jeune. Et pour l'aspect "contestées", le jugement s'en explique aussi... (et au passage, il sait par son conseil que ne seront retenus que les propos d'avant-gifle, donc ça ne le gêne pas de valider les "fils de pute, je vais niquer ta mère").

Nous sommes même dans le vocabulaire courant que pas mal de jeunes utilisent entre eux en toute amitié.

Et le jeune courant se balade avec des couteaux à steak pour planter ses potes en toute amitié quand il est contrarié aussi ? :-D Plus sérieusement ça ne tient pas : si il lui parle comme à ses potes, c'est justement constitutif de la contestation d'autorité.

Le juge ose même qualifier la gravité par le fait qu’il y ait tutoiement.

En même temps, c'est un peu une constante des programmes de l'éducation nationale d'enseigner la distinction entre le tutoiement et le vouvoiement en terme de distance par rapport à l'autre. Donc là on dit qu'en plus ce jeune est un cancre qui n'a jamais assimilé cet apprentissage qui date de l'école primaire.

La disproportion est flagrante quand la gifle du maire est elle qualifiée d’inoffensive.

C'est vrai que si le baptême marque au fer rouge, pour une gifle qui laisse une vague rougeur on est près du martyr là :-D (note : c'est une référence à une discussion passée sur l'effroyable trace que laissait dans la chair le baptême)

Là où dans les textes le fait qu’une violence soit faite par un représentant est normalement une circonstance aggravante, elle passe ici comme attenante.

De même que dans les textes, quand tu attaques un représentant de l'état c'est plus grave que quand tu t'attaques à un concitoyen. Ça marche dans les deux sens.

Comment voulez-vous que ce jeune ait foi en la justice et en l’autorité si on a une telle différence de traitement ?

C'est vrai qu'on voit bien que ce jeune a tellement foi en la justice qu'il s'en est remis au couteau à steak avant même de penser qu'il y aurait pu y avoir un procès pour le défendre. Je pense qu'il y a plusieurs étapes à franchir avant de parler d'une quelconque foi en un système judiciaire pour régler ce qui est une querelle de voisinage.

Encore plus choquant, le fondement de l’argumentation du juge tient beaucoup autour du fait qu’il y a eu remise en cause de l’autorité et manque de respect, que c’était en public, avec l’argumentation implicite que du coup on ne pouvait pas laisser passer.

Ce qui est implicite dans le jugement c'est que la remise en cause de l'autorité est répétée, et ce qui est aussi implicite c'est que le juge a considéré que si il n'y avait pas eu les potes du jeune ("les fils de putes" comme on dit entre djeunz), le type de 63 ans se serait fait tabasser (au mieux) ou planter (au pire) parce qu'il avait eu l'outrecuidance de le toucher.

Là on entre dans l’idée qu’il est légitime et même légal de répondre physiquement à un manque de respect.

Vu les gens dans les transports en commun, il est effectivement totalement légitime d'être dix fois plus violent que cette gifle pour dix fois moins de manque de respect (comme ne pas s'écarter assez vite du passage).

Je rappelle que les professeurs subissent des agressions verbales bien plus fortes que celle dont on parle, et ça très régulièrement. Est-ce que nous accepterons que ces derniers puissent donner des gifles à des lycéens en réponse ?

Ils leurs donnent des heures de colles : c'est physique, et c'est de la privation de liberté, donc c'est aussi intellectuel. C'est violent à double titre si on va dans cette voie-là. Accepter qu'il puisse donner une gifle à un lycéen sans réponse : oui, si c'est à titre personnel et si ça peut changer les choses. Mais c'est vrai qu'il vaut mieux se retrouver sous anti-dépresseurs à vie (mais sans contact physique, en tout bien tout honneur), que de filer la baffe qui fera la différence. Après le parallèle trouve vite ses limites entre ce jeune et sa relation individuel avec ce maire dans une petite commune, et les microcosmes des classes dans les lycées.

Est-ce que ce même jeune aura droit de gifler le maire quand ce dernier lui manquera de respect en le tutoyant ?

Oh oui. Mais le danger c'est plutôt que le maire s'en prenne une parce qu'il a vouvoyé le jeune et que l'autre se sent insulté parce qu'on ne lui parle pas en djeunz fils de pute en toute amitié :-D

Là c’est une farce à deux poids deux mesures, indigne de l’objectivité de notre justice.

Objectivement y'a pas de quoi fouetter un chat. Après, il faudrait trouver le jugement qui condamne un citoyen adulte pour avoir donné une tape sur le bras d'un agent de l'autorité de l'état mineur, alors que cet agent le bravait de manière répétée.(Regional news, 2012/10/12 20:02) lien permanent

Commentaires ici et ailleurs :

J'ai tout lu, j'en avais évidemment entendu parler et je ne vais pas rentrer dans les détails, ce serait sans fin. J'aimerais avoir la définition exacte de "manque de respect" selon les générations parce qu'on a l'impression qu'elle très différente selon l'âge qu'on a. Les excuses, ça existe et elles peuvent être un palier avant de passer devant un juge. Il y aurait tant à dire, j'avoue que je suis sidérée par l'impact qu'une gifle peut avoir (sur son ego ?) quand on entend un nombre invraisemblable d'injures et de grossièretés auxquelles on n'a pas intérêt à répondre !!

Posté par lalou, le samedi 13 octobre 2012 à 11:00 #

Quand je me prends un "j'm'en bats les couilles" par mon voisin qui fait du boucan à 2h du mat (en semaine) je n'ai ni envie de vouvoiement, ni de justice, juste d'une grenade ou d'une île déserte.

Posté par Zap, le lundi 22 octobre 2012 à 16:45 #


samedi  6 octobre 2012samedi 6 octobre 2012

Liens du 06/10/2012

mark ongle de pouce

we need to work on the way providers open their data, releasing files — whatever the format — is not an option anymore, developers used to work with APIs for a good reason. Take care of your data, that's your responsibility.

Les développeurs utilisent des API parce que c'est tout ce qu'ils arrivent à comprendre :-) Le développeur est l'être de l'actigramme, et est paumé devant un datagramme.

we invest time with your data, give us guarantees, document your data, give informations about the releases' frequency, future released data, interoperability with others' data and so on.

Vouloir des garanties que les propriétaires des données n'ont pas eux-mêmes ? Et pourquoi ne pas vouloir être payé pour utiliser les données tant qu'on y est ! :-)

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

Designed by Apple from the ground up, Maps gives you turn-by-turn spoken directions, interactive 3D views, and the stunning Flyover feature.1 All of which may just make this app the most beautiful, powerful mapping service ever.

À part ça, le PDG d'Apple a écrit une lettre aux clients pour dire qu'Apple s'était un peu vautré. Mais le discours commercial reste.

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

But curiosity got the best of me. I had to know what makes this particular video a global phenomenon. So I clicked, and I watched, expecting to be underwhelmed. I was wrong. It's totally awesome and thoroughly recommendable.

Je crains pour les prochains Dilbert :-)

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

Wordpress laisse tomber Pie/Not-Pie/Echo/AtomPub, ce protocole d'avenir appartiendra donc bientôt définitivement au passé. Pendant ce temps, le XML-RPC de Winer continue d'être utilisé...

http://blogmarks.net/link/3698624 (étiquettes : )
mark ongle de pouce

The only explanation I can think of is that whoever conducted these tests wasn’t using the built-in Camera app on the iPhone 5, and instead used a third-party camera app.

C'est ce qu'on appelle de la compétition malsaine (ou de l'incompétence). En tout cas, l'appareil photo de l'iPhone 5 est vraiment meilleur que celui de l'iPhone 4S, et il faut remercier Sony pour ça.

(étiquettes : )
mark ongle de pouce

Cette voiture, nous dit l'EGT, satisfait encore 45 % des déplacements des actifs, et constitue de loin le moyen de transport le plus employé, et l'est d'autant plus lorsque l'on s'éloigne du Paris des Parisiennes et des Parisiens pour se rapprocher de la périphérie. Les limites, en distance parcourue et en capacités physiques requises, du vélo, les lacunes irrémédiables du réseau de transports en commun, les faibles chances de voir surgir un pouvoir autoritaire qui raserait la grande banlieue pour densifier un centre surchargé, entraînent une conclusion fatale : disposer d'un outil de déplacement individuel et convenablement motorisé restera, pour ceux dont la portée des déplacements dépasse cinq kilomètres, définitivement indispensable.

Alors que si les entreprises s'implantaient dans des zones faciles d'accès pour leurs salariés, ça serait beaucoup de stress, d'accidents et de pollution en moins. Mais bon, le modèle de l'entreprise île-de-francienne, c'est plutôt de rajouter une pelletée sur un tas déjà bien constitué.

(étiquettes : )

blogmarks.net(Weblogging, 2012/10/06 10:40) lien permanent

Commentaires ici et ailleurs :

Enfin un déçu de psy ; je me sens moins seul

Posté par zap, le samedi 6 octobre 2012 à 22:43 #

Il n'est pas complètement déçu, il est overwhelmed !

Posté par Damien B, le lundi 8 octobre 2012 à 20:49 #

D'un autre côté, quand l’État s'amuse à construire des quartiers d'affaires style La Défense pour faire comme les américains (et pas que : autour du stade de France, ça ressemble de plus en plus à une version low cost) avec des millions de mètres carrés de bureaux et pas de logements, faut pas s'étonner que les salariés viennent d'ailleurs. Ce qui ne veut pas dire que les entreprises n'aiment pas les quartiers d'affaires style La Défense, d’ailleurs.

Posté par Denys, le samedi 20 octobre 2012 à 19:41 #

Je serais tenté de penser que l'Île-de-France (au sens de la petite couronne) est de toute façon fichue et qu'on ne retrouvera pas de sitôt un équilibre lieu de travail / lieu de vie. Maintenant, est-ce vraiment l'État qui décide ? On trouve bien des investisseurs derrière qui se disent que ça va être rentable de construire un pôle glauquissime de bureaux dont toute vie disparaît à partir de 17h les jours ouvrés...

Posté par Damien B, le samedi 20 octobre 2012 à 23:19 #

Il y a du logement le long du Canal St Denis. Il y a des squats trop proches dudit canal pour laisser ses gosses y trainer par contre. L'absence de commerces (boulangerie, supérette, gros supermarché) est éliminatoire.

Posté par Zap, le jeudi 25 octobre 2012 à 17:59 #


qui est

nom : Damien Bonvillain
courriel : kame à cinemasie.com
bloggercode:
B9 D+ T+ K S F I- O X+ E- L- C-- Y1 R+ W- P+ M5 N-- N+
un peu plus : Google Whoring tortue

Messagerie instantanée

    les koms

    m'enfin

    Quant à mes invectives imaginaires, je vous laisse chercher un endroit adéquat pour les ranger. Elles craignent la lumière, si vous voulez une piste.
    Lien associé
    Eolas - « Aimez moi, c'est un ordre. »

    les bons vieux


    archives

    « octobre 2012 »
    lunmarmerjeuvensamdim
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031

    XML RSS 2.0 XML RSS 2.0 commentaires A A A i

    liens

    allégeance

    Blog sans chat

    colophon

    Propulsé par pointClairMerci à la caféineDevelopment with EmacsBadges from GTMcKnightFreeListed on BlogSharesGeoURL