vendredi 12 octobre 2012

Pour une giflette

Au début, ce post ne devait être qu'un commentaire à l'article Pour une gifle sur le blog d'edaSFR. Et puis de toute façon, ça n'aurait donné lieu qu'à un ersatz de discussion complètement stérile (comme ici), donc autant faire vivre ce blog. Vous l'aurez compris, mieux vaut lire l'article initial avant de lire celui-ci.


Le juge parle de violence des outrages, d’atteinte inacceptable, et même de termes particulièrement odieux. On parle là des paroles (contestées) du jeune.

Le jugement cite 4 points : la contestation de l'autorité (qui n'est pas ponctuelle), le tutoiement, l'insulte et l'aspect public ; donc on ne parle par que des paroles du jeune. Et pour l'aspect "contestées", le jugement s'en explique aussi... (et au passage, il sait par son conseil que ne seront retenus que les propos d'avant-gifle, donc ça ne le gêne pas de valider les "fils de pute, je vais niquer ta mère").

Nous sommes même dans le vocabulaire courant que pas mal de jeunes utilisent entre eux en toute amitié.

Et le jeune courant se balade avec des couteaux à steak pour planter ses potes en toute amitié quand il est contrarié aussi ? :-D Plus sérieusement ça ne tient pas : si il lui parle comme à ses potes, c'est justement constitutif de la contestation d'autorité.

Le juge ose même qualifier la gravité par le fait qu’il y ait tutoiement.

En même temps, c'est un peu une constante des programmes de l'éducation nationale d'enseigner la distinction entre le tutoiement et le vouvoiement en terme de distance par rapport à l'autre. Donc là on dit qu'en plus ce jeune est un cancre qui n'a jamais assimilé cet apprentissage qui date de l'école primaire.

La disproportion est flagrante quand la gifle du maire est elle qualifiée d’inoffensive.

C'est vrai que si le baptême marque au fer rouge, pour une gifle qui laisse une vague rougeur on est près du martyr là :-D (note : c'est une référence à une discussion passée sur l'effroyable trace que laissait dans la chair le baptême)

Là où dans les textes le fait qu’une violence soit faite par un représentant est normalement une circonstance aggravante, elle passe ici comme attenante.

De même que dans les textes, quand tu attaques un représentant de l'état c'est plus grave que quand tu t'attaques à un concitoyen. Ça marche dans les deux sens.

Comment voulez-vous que ce jeune ait foi en la justice et en l’autorité si on a une telle différence de traitement ?

C'est vrai qu'on voit bien que ce jeune a tellement foi en la justice qu'il s'en est remis au couteau à steak avant même de penser qu'il y aurait pu y avoir un procès pour le défendre. Je pense qu'il y a plusieurs étapes à franchir avant de parler d'une quelconque foi en un système judiciaire pour régler ce qui est une querelle de voisinage.

Encore plus choquant, le fondement de l’argumentation du juge tient beaucoup autour du fait qu’il y a eu remise en cause de l’autorité et manque de respect, que c’était en public, avec l’argumentation implicite que du coup on ne pouvait pas laisser passer.

Ce qui est implicite dans le jugement c'est que la remise en cause de l'autorité est répétée, et ce qui est aussi implicite c'est que le juge a considéré que si il n'y avait pas eu les potes du jeune ("les fils de putes" comme on dit entre djeunz), le type de 63 ans se serait fait tabasser (au mieux) ou planter (au pire) parce qu'il avait eu l'outrecuidance de le toucher.

Là on entre dans l’idée qu’il est légitime et même légal de répondre physiquement à un manque de respect.

Vu les gens dans les transports en commun, il est effectivement totalement légitime d'être dix fois plus violent que cette gifle pour dix fois moins de manque de respect (comme ne pas s'écarter assez vite du passage).

Je rappelle que les professeurs subissent des agressions verbales bien plus fortes que celle dont on parle, et ça très régulièrement. Est-ce que nous accepterons que ces derniers puissent donner des gifles à des lycéens en réponse ?

Ils leurs donnent des heures de colles : c'est physique, et c'est de la privation de liberté, donc c'est aussi intellectuel. C'est violent à double titre si on va dans cette voie-là. Accepter qu'il puisse donner une gifle à un lycéen sans réponse : oui, si c'est à titre personnel et si ça peut changer les choses. Mais c'est vrai qu'il vaut mieux se retrouver sous anti-dépresseurs à vie (mais sans contact physique, en tout bien tout honneur), que de filer la baffe qui fera la différence. Après le parallèle trouve vite ses limites entre ce jeune et sa relation individuel avec ce maire dans une petite commune, et les microcosmes des classes dans les lycées.

Est-ce que ce même jeune aura droit de gifler le maire quand ce dernier lui manquera de respect en le tutoyant ?

Oh oui. Mais le danger c'est plutôt que le maire s'en prenne une parce qu'il a vouvoyé le jeune et que l'autre se sent insulté parce qu'on ne lui parle pas en djeunz fils de pute en toute amitié :-D

Là c’est une farce à deux poids deux mesures, indigne de l’objectivité de notre justice.

Objectivement y'a pas de quoi fouetter un chat. Après, il faudrait trouver le jugement qui condamne un citoyen adulte pour avoir donné une tape sur le bras d'un agent de l'autorité de l'état mineur, alors que cet agent le bravait de manière répétée.

dimanche 8 avril 2012

La montagne, ça vous gagne

Certains me reprochent de ne plus mettre de photos en ligne. Voilà qui est corrigé. Seulement 4 mois après la prise de vue : un record.


samedi 3 juillet 2010

Les limitations de l'internet illimité à Steve

Que Choisir a récemment publié les résultats d'une enquête efféctuée par leurs soins auprès des utilisateurs de forfaits "téléphoniques" illimités en 3G ; on trouve le compte-rendu sur leur site. Parcourons quelques extraits.

Selon notre enquête, 41% des consommateurs ne sont pas satisfaits de la connexion 3G de leur téléphone mobile. En effet, 21% de l'échantillon ne bénéficient pas de connexions 3G, mais le plus souvent de connexions en Edge ou GPRS, beaucoup plus lentes. De plus, quand ils parviennent à se connecter en 3G, de nombreux usagers (29%) ne profitent jamais ou seulement rarement d'une qualité de réception optimale.

En même temps, la connexion en 3G réduit beaucoup plus l'autonomie qu'en Edge ou en GPRS, donc les utilisateurs devraient être contents. Par contre, pour les 29% qui n'ont jamais ou rarement une qualité de réception optimale, on espère qu'ils n'ont pas d'iPhone. On a en effet appris aujourd'hui que sur les iPhones supportant la 3G, le nombre de barres était calculé de manière assez optimiste (jusqu'à deux barres affichées en plus, c'est Apple qui le dit).

L'insatisfaction prédomine également s'agissant des usages possibles de la 3G. Ainsi, 6 personnes sur 10 pointent un problème de rapidité d'accès aux sites Internet traditionnels. S'agissant de l'usage des réseaux sociaux, force est de constater que l'enthousiasme ne prédomine pas non plus : 28% ne les utilisent pas et 30% pointent des vitesses de chargement trop lentes. Seuls les sites spécialement développés pour les smartphones (sites pour mobiles ou sites via application) parviennent à séduire une majorité d'usagers de la 3G (58%).

Vous vous souvenez des 340 démonstrations qu'on vous a faites avec le véritable internet dans la poche ? Que le futur des interfaces utilisateurs consiste en changer de niveau de zoom toutes les 15 secondes ? Et vous l'avez reperé celui qui en soirée, s'exclame "ha ha, j'ai la réponse dans 5 secondes en allant sur internet" et se retrouve hors du groupe le quart d'heure qui suit ? Tout ça pour une majorité d'utilisateurs qui trouvent que la navigation sur internet est trop lente, même en 3G. Heureusement, les site ciblés WAP séduisent les utilisateurs ; il faudra juste leur dire qu'ils n'ont pas besoin de la 3G pour ça.

Au-delà de la seule critique des performances technologiques, la nature même des forfaits dits « internet illimité » est souvent remise en cause spontanément, et ce, à double titre. En effet, comment peut-on considérer comme un accès à Internet un accès à un réseau bridé (sans VoIP ni P2P par exemple), qui parfois exclut même le téléchargement des courriels ? Et peut-on qualifier d'« illimité » un forfait qui restreint à quelques centaines de mégaoctets la quantité de données transférables chaque mois ?

Pour la partie technologique, on quitte l'utilisateur lambda, qui veut de l'application pour ça (aka "tu veux aller aux toilettes ?"), et on part sur des besoins exprimés de niche. Et on sait que ce ne sont pas les besoins techniques, même exprimés ("du copier-coller ? mais c'est rétrograde ! vous n'avez pas besoin de copier-coller"), qui ont une réelle influence sur la vente en masse. Donc c'est bien un accès à internet qu'on n'a, dit "l'internet à Steve" (pas que Steve soit opérateur téléphonique, contrairement aux Rogers, par contre c'est une convergence de vision, cf. iChat AV FaithTime FaceTime qui est verrouillé sur le WiFi).

Quant à la question de l'illimité limité, ça fait des années que ça dure quel que soit le secteur employant le terme (OVH nous à fait rire pendant des années avec son illimité "si tu dépasses on te jette") : on ne va pas jeter la pierre à des entreprises au-dessus de tout soupçon qui se contentent de respecter (habilement) le droit commercial comme tant de leurs prédecesseurs ? Ce serait un monde ça. Mais il doit y avoir une application pour ça quand même.

Envoyé depuis mon iPhone

jeudi 10 juin 2010

Faites du sport qu'ils disaient

pieds

mardi 29 septembre 2009

Nouvelles neuves de la sclérotique

Sclérotique du matin

mercredi 5 août 2009

SNCF : à nous de vous faire détester le commerce

La SNCF. L'évocation de ce nom éveille en moi le frisson de la plongée dans l'abyssale médiocrité de ce que les commerciaux peuvent produire de pire. De la disparition d'une grille tarifaire lisible à l'inanité du pire site e-commerce français : Voyages SNCF. On ne parlera pas aujourd'hui de la débilité crasse de la SNCF de ne mettre aucun horaire sur ses sites web, tout ça pour apporter plus de trafic à son agence de voyage en ligne, la fameuse filiale à structure 100% privée voyages-sncf.com, selon la fameuse technique du "service public dans ta gueule" inaugurée par Jean-Marie Metzler (à lire, c'est fou le chemin qui n'a pas été parcouru en 16 ans). Non, aujourd'hui, parlons du fameux billet de train.

Au début, on avait le billet, pour aller d'un point A à un point B dans une classe de confort donnée, billet couplé de manière facultative à une réservation. Simple. Arrivent les périodes bleu, blanche et rouge ; arrivent aussi les trains à réservation obligatoire : les TGV. Adieu flexicurité, le billet doit être pris pour un horaire donné, ce qui en même temps est plus simple, vu que les grilles tarifaires ont depuis longtemps disparu. Un système d'échange est mis en place avec divers modes de calcul des retenues, ainsi que des possibilités de se décaler d'un train (sans toutefois profiter de la place réservée évidemment), et arrive septembre 2007 avec la mise en place des nouveaux tarifs innovants, avec la remise à plat de ces conditions. Pour le tarif innovant Loisir, tout dépend du degré d'innovation entre le Loisir Normal, le Loisir Preum's, et les autres, trop difficile à suivre. Concentrons nous donc sur le tarif Pro ; pour cela, agissons en internaute bien constitué, allons sur le site institutionnel de la SNCF, après tout c'est la SNCF qui fixe les conditions tarifaires. On est accueilli par une bouse en flash, heureusement, un accès web existe. Cherchons maintenant les informations sur les principes de tarification... Que trouve-t-on ? Des tarifs plus lisibles : autocongratulation, inventaire des tarifs ("les Petits Prix (Prem’s, Promo, Bons Plans du net,…) ; les billets Loisirs, dont le prix varie en fonction de la date d’achat et de la fréquentation des trains ; les billets Pro, qui associent davantage de flexibilité et un accès à des services dédié", on remarque au passage qu'on a ressorti les Prem's du tarif Loisir), aucun lien vers le détail. Faites vos prix ! : litanie d'appellations d'avantages, sans détail, sans lien. C'est tout, ou alors c'est très bien caché : nullissime.

Tentons autre chose, allons sur le site TGV.com, après tout ce sont presque les seuls train à réservation obligatoire (en plus des Thalys, Eurostar, Teoz, Lunea...). Là encore, on est accueilli par une bouse en flash, et heureusement un accès web est fourni, sauf que, pour avoir le détail des conditions du tarif PRO, c'est Flash obligatoire, sans alternative ; à noter que l'on ne parle plus de tarif, mais de "billet TGV" : bienvenue dans la 15ème dimension du titre de transport sauce SNCF. On ne trouve rien sur la possibilité de prendre les trains précédents ou suivants : continuons la recherche. Retour au tarif Pro avec Voyageurs occasionnels : enfin ! après 45 minutes de recherche, l'internaute hagard découvre les conditions d'échange et de remboursement des billets au tarif Pro ; bien évidemment ces conditions s'appliquent à tous les tickets Pro et pas seulement aux tickets TGV, mais visiblement il était trop compliqué de l'écrire. Passons à l'étape suivante : tentons de retrouver dans ce dédale la possibilité de prendre le train précédent ou suivant, sans changer de ticket. Une piste sur la page Abonnement Fréquence : "Pour plus d'informations sur ces services, rendez-vous dans les rubriques Flexibilité optimale, Points de contacts et Services sur Mesure de la chaine Voyage Pro du site tgv.com". Une piste ! Reste à trouver la "chaîne Voyage Pro", moi qui croyait que les chaînes internet étaient mortes avec Active Desktop, ha ! Et là, alléluia, dans les 15 pages utilisées pour écrire 3 paragraphes de texte (on se croirait sur DVDrama), on trouve sur la page Accès dernière minute les conditions suivantes : "Votre réservation vous permet d'emprunter, au dernier moment (en respectant l'accès au train 2 minutes avant l'horaire affiché de départ), le TGV précédent ou suivant, vers la même destination, sans échanger votre billet". Joie, l'internaute a enfin mis la main sur cette information. Bon, après ce dédale navigationnel, on ne sait plus vraiment si cet avantage est lié au TGV, au tarif Pro ou à l'abonnement Fréquence ; mais ce n'est pas grave pour la suite.

Cas pratique : mardi 28 juillet 2009, n'ayant pas tout à fait fini ma presta, je décide de ne pas prendre le Paris - Vendôme de 19h30, mais le suivant. Problème : c'est le Paris - Vendôme. Non content d'être le trajet TGV le plus cher au kilomètre de France (et de Navarre), la SNCF décide joyeusement que 19h30 est le dernier train en semaine pendant l'été, donc... méthode agile pour dormir à Paris. Douze heures et vingt minutes plus tard, le TGV suivant pour Vendôme part. J'arrive en avance, je repère deux contrôleurs sur le Paris - Le Croisic et je leur pose la question : est-ce qu'avec mon billet TGV tarif Pro abonnement Fréquence carte Grand Voyageur, je peux prendre le TGV suivant sans échanger mon billet, sachant que mon billet est pour la veille, et que le TGV suivant est là ? Réponse : oui, c'est le TGV suivant, pas de problème. Avant de monter dans mon TGV à moi, je m'arrête pour demander aux deux contrôleurs quels vont être les wagons les plus vides, sachant que je n'ai pas de réservation étant donné que j'ai mon billet TGV tarif Pro abonnement Fréquence carte Grand Voyageur pour le train précédent celui-là et que ça ne pose pas de problème. Réponse : oui, mais le train précédent est la veille, donc ça ne marche pas, il vous faut acheter un billet. Ha, je discute en mentionnant la réponse donnée par les deux autres contrôleurs, et ils me répondent que oui, mais il faut bien des limites, si on ne limite pas au même jour, où va le monde, et est-ce que je ne trouve pas ça normal moi ? Ce à quoi je réponds que ce que je ne trouve pas normal c'est qu'il y ait plus de douze heures entre deux TGV pour une destination aussi banale et qu'en interrogeant 4 contrôleurs, deux répondent blanc et deux répondent noir. Ce à quoi le contrôleur en chef répond qu'il est désolé, mais que ses collègues sont en tort, et que c'est une faute de leur part, et en tout cas il me faut un autre billet de train. Et il a raison, parce que dans le train, le seul maître à bord : c'est lui, même quand il est en tort. Mais l'est-il seulement ? Une chose est sûre : ce n'est pas la SNCF qui a la réponse.

dimanche 24 mai 2009

Plaisir coupable

Oui, ce sont bien des LEGO Bionicle. J'ai honte. Une minifigure pour donner l'échelle.

mardi 24 mars 2009

Vu "dans la rue"

Certaines modes ne sont pas arrivées jusqu'ici, malgré le buzz.

  • Smartphones : trop pour être comptés
  • dont iPhone : 0
  • Console de jeu portable : 3
  • dont PSP : 0

lundi 23 mars 2009

Aujourd'hui, je n'étais pas un colis Fedex

Et c'est bien comme ça.

dimanche 15 mars 2009

C'est l'heure

Rugbière

mardi 6 janvier 2009

Voyages-SNCF.com, c'est possible

En l'absence prolongée d'action de votre part, nous avons été contraints d'interrompre votre navigation.

Chez Voyages-SNCF.com, l'entreprise privée (donc performante) qui a le monopole du billet de train en ligne, l'absence prolongée d'action est inférieure à 10 secondes. Ca n'est plus une boutique en ligne, c'est un laboratoire pour voir jusqu'où le client est entubable (donc c'est une entreprise privée).

Mise à jour. Nouveau message d'erreur : "ILLEGAL_ACCESS_OR_TIMEOUT". Ils n'ont même plus assez de ressources pour mettre des messages traduits, c'est fou non ? On ne sait pas quelles mises à jour ils ont effectué ces derniers temps (à part rajouter le logo "Site e-commerce de l'année, Favori 2008 des internautes", les internautes sont masochistes, c'est là le vrai résultat de l'enquête), mais c'est pire que jamais.

Mise à jour. Aujourd'hui : "Votre paiement a été refusé. Nous regrettons de ne pas pouvoir donner une suite favorable à votre demande." Le grand n'importe quoi continue.

mardi 11 novembre 2008

10 ans de CinémAsie

Viendez nombreux.

vendredi 7 novembre 2008

Métritols

Le mot est inconnu de Yahoo! et la seule référence dans Gogole est une mise en vente expirée sur Ebay. Aucune référence évidemment dans Wikipedia, sinon Gogole l'aurait trouvé. Afin donc d'enrichir LA folksonomie et en attendant le mécanisme naturel du journaliste citoyen ou de la foule intelligente qui va naturellement aller enrichir un site social, plus d'information ci-dessous sur les métritols.

Voilà, vous en saurez un peu plus en vous couchant ce soir, faites en bon usage.

vendredi 31 octobre 2008

Nouvelles

Bien rentré STOP Content d'y être allé, et content d'être revenu STOP Octobre compte 31 jours STOP

mardi 14 octobre 2008

Nouvelle de la sclérotique

Une sclérotique en pleine forme

Je pète la forme :-)

vendredi 26 septembre 2008

Récolte du jour

Et de trois

Note pour les citadins de la ville : ce sont des tomates, ça ne pousse pas sur des arbres.

Note pour les techniciens : f/7.1, 1/20, 85mm, ISO 400.

mardi 23 septembre 2008

Récolte du jour

dimanche 7 septembre 2008

Toi aussi fait de l'art Nikon

Garanti 100% sans retouche.

Fan de Delanoë

Maintenant je n'ai plus qu'à essayer de me souvenir de comment j'ai fait pour arriver à ça.

samedi 6 septembre 2008

Nouvelles

Billets pris pour les prochaines vacances STOP

vendredi 15 août 2008

Alors que Manaudou s'aligne sur le 200m dos...

... la vie continue comme pour 800 millions de chinois (et moi et moi et moi). Sauf que ce n'est pas moi qui travaille ici.

- page 1 de 8