Affordance et programmeurs, une histoire de noms

Affordance est un néologisme créé par le psychologue James J. Gibson dans les années 60 pour désigner ce que l'environnement a à nous offrir. A la fin des années 80, ce terme prend un sens complémentaire, avec la notion de perception de cette offre. Par exemple avec l'iPhone, Apple a introduit la possibilité de zoomer avec un mouvement de pincement effectué digitalement (c'est-à-dire avec les doigts) sur l'écran : dans la désignation des années 60, cette possibilité est une affordance, dans celle des années 80, c'est une affordance cachée. On parlait aussi de fausses affordances, comme par exemple quand un bouton est présent mais rien n'est câblé derrière. Dans les années 2010, une nouvelle utilisation du terme est apparue, au singulier cette fois, où l'affordance de quelque chose est sa qualité à proposer des affordances visibles.

Cette notion est clef dans les interactions homme-machine, spécialement pendant la phase de découverte de l'interface, de la surface qui sépare l'humain de l'informatique. Une fois l'interface connue, assimilée, la personne travaille par raccourcis, par accélérateurs et ce besoin d'affordances visibles diminue. On pourrait donc penser que ce concept d'affordance va être clef pour les informaticiens, qui vont avoir à cœur de le mettre en pratique dans l'organisation de leur travail. C'est un peu le cas, mais avec une subtilité : les informaticiens aiment aller au-delà de l'affordance, ni affordance visible, ni affordance cachée, ni fausse affordance, mais avec l'affordance trompeuse, celle qui donne à croire qu'on a une certaine affordance, mais qui propose en fait tout autre chose.

Ceci se pratique essentiellement à travers la démarche de dénomination, élément essentiel de toute communication. Certains diront que le vocabulaire est nécessairement mouvant dans le temps, et que le nom des choses est ce que la masse en fait. Il n'en reste pas moins que ceux qui connaissent le sens d'origine du vocabulaire ne peuvent que se sentir attaqués et trahis, dans une démarche certes victimaire, mais pour laquelle on peut ressentir une certaine empathie en toute bienveillance. Et passé ce point de détail, dans toute démarche scientifique, et l'informatique aspire à s'en approcher, il est important de ne pas effacer le passé en se servant du vocabulaire comme d'un palimpseste.


Cet article sert de point d'entrée à la série "Affordances trompeuses", il sera mis à jour au fur et à mesure avec les différentes entrées.

  1. JSON
  2. LA DATA
  3. Les frameworks Web MVC
  4. Codeur
  5. REST API, RESTful
  6. API as a Product
  7. GitOps
  8. Dette technique
  9. La qualité
  10. Les bonnes pratiques
  11. La refactorisation
  12. Le cache
  13. Le data center

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.cynicalturtle.net/kame/trackback/2061

Fil des commentaires de ce billet